Brèves

Professionnalisation : une entreprise collective

 
CHARRON Richard
Professionnalisation : une entreprise collective
par Richard Charron, samedi 24 mars 2018, 11:49
 

Un message posté dans les brèves :

''De fait, seules les directions en exercice ou les personnes aspirant à cette fonction peuvent décider de se professionnaliser." - Ministère de l'Éducation, Québec

Deux réactions :

Et nos décideurs politiques doivent effectivement être impliqués pour la professionnalisation du métier de dirigeant scolaire. 

il faut mettre nos dirigeants politiques à contribution pour mettre en place un système de professionnalisation des gestionnaires de nos systèmes éducatifs.

Mes commentaires :

1. Les décideurs politiques ne s'impliqueront dans la professionnalisation du métier de dirigeant scolaire que s'ils sont poussés à le faire par une pression sociale. Convenons qu'il est illusoire d'attendre que la professionnalisation surviendra sans que QUELQU'UN en fasse la promotion. Mais QUI ?

2. Individuellement, les dirigeants scolaires auront un impact négligeable sur leur professionnalisation. Mais ENSEMBLE, ils peuvent en avoir. C'est en se regroupant que les gestionnaires peuvent démontrer leur compétence collective. 

3. Ce regroupement ne doit pas nécessairement être formalisé au départ par la création d'une association. Le seul fait que quelques gestionnaires se retrouvent régulièrement et visiblement pour échanger sur l'amélioration de leurs pratiques est un pas en direction de la professionnalisation. Diffuser l'information au sujet de ces activités amorcera une prise de conscience de l'existence d'un "corps" des dirigeants scolaires. 

4. Il faut faire comprendre aux décideurs politiques que la professionnalisation ne vise pas à créer une nouvelle force de revendication ou d'opposition, mais une force de PROPOSITION en vue de l'amélioration de la gestion du système. Le message doit porter sur les contributions des gestionnaires et non surtout sur leurs besoins. 

Qu'en pensez-vous ?